fort CEA

Visualiser l'album

fort CEA
ROUGEUR enfondrement

Le fort fut constuit en 1876 et 1882 .Pendant tout ce temps, l’équipe de la Poudrerie continue à travailler au Fort.
De 1950 à 1955, diverses études et essais ont lieu, dans le Fort et à l’extérieur, sur un champ de tir de
Mourmelon lorsque les quantités de matière explosives mises en jeu deviennent trop importantes.
Pour le Fort, tout va réellement redémarrer, comme en 1874, par l’adoption d’un projet de loi à la chambre :
Le 3 juillet 1952, l’Assemblée Nationale adopte le «Projet de loi-programme pour la réalisation
du plan de développement de l’énergie atomique 1952-1957».

Au fur et à mesure que des zones s’agrandissent, il faut assainir et déminer.
Enfin, 3 juin 1955, date historique:
Un protocole entre le cea et le Service des Poudres est signé pour une durée de 5 années.
Dans la foulée, quatre Ingénieurs de l’Armement sont affectés et formeront l’ossature du CEV comme on l’appellera désormais.
Georges BARGUILLET, XPoudres 38, sera le Chef de Centre,
Jean BERGER, X Poudres 44, sera responsable de la «section Théorie»,
André CACHIN,X Poudres 45, de la «section Explosifs»
et Jean VIARD, XPoudres 46, de la «section Physique et Appareillage».

Ils seront détachés au CEA quelques mois plus tard. Les plans du Centre voient le jour.
Le projet CEV.3 comme on l’appelle alors comprend autour d’un château d’eau qui dominera le paysage pendant plus de 40 ans un bâtiment direction,
quatre laboratoires,
des ateliers et garages.
L’emprise au sol est alors relativement faible, 2 à 3 hectares.
Comme à l’accoutumé, tout cela est ponctué de séances de déminage dont certaines laissent encore aux témoins des souvenirs persistants...
En aout 1956, le Centre commence à réellement exister: la cantine est ouverte